Zelsa

    

LE CHAUDRON

   Le jour s'arrachait à la nuit quand ses yeux mirèrent la belle et leur fixité tenace masqua son désarroi nourri de ce morceau de bronze qui balançait à son cou depuis une décennie ayant surmonté les plus redoutables épreuves sans une égratignure le Z. de sa médaille se trouvait d'un coup dénaturé comme du fait d'une blessure infligée à son identité alors comptant distraire son trouble ses jambes s’étirèrent hors de la couche elles le menèrent sur le pont respirant l'air cinglant mâchant la brume qui serpentait autour d'elle sa bouche alla porter la nouvelle à l'équipage rassemblé pour les ordres du matin articulant que le présent de la jungle qu’ils n'avaient pas manqué de contempler la veille assumerait dorénavant les fonctions de chef coq et d'intendant ce qui éclaira d'un sourire gourmand les visages décharnés des marins dont la rigueur musculaire ne laissait entrevoir ni au visage ni aux bras la moindre adiposité signe qu'il régnait sur ce vaisseau une disette infâme la donzelle du capitaine dressa le matin même l'inventaire des subsistances éparpillées dans les cales et constata qu'il manquait en effet de tout si bien qu'elle fit mettre le cap l'après-midi sur le port le mieux achalandé du coin on y embarqua une ration de trois mois pour les trois semaines qui précédaient la prochaine escale on fit de même à celle-là pour les suivantes aussi des quantités déraisonnables furent-elles englouties par la soute et quand la maîtresse n'était pas aux fourneaux elle traçait les voies gastronomiques sur les cartes marines et quand elle y était ses doigts disposaient d'invraisemblables mélanges de morceaux de chapons roulés dans le millet de bœuf charolais sur lit de brèdes d’œufs de caille et miel d'eucalyptus répandus sur des filets d'espadon nappés d'une pâte de piments incendiaires et elle tournait lentement dans un chaudron monumental sorti des réserves de marmites de l'enfer en lançant parmi les flammes des herbes aux senteurs d'éden créant sur le pont des envolées de fumées complexes plongeant l'équipage dans les fumerolles de volcans irréels en chantant des cantates baroques et des airs d'opéras romantiques tandis qu’elle servait ses plats miraculeusement succulents ce qui n'interpella la suspicion d'aucun bien qu'il fût étrange qu'une pépée rencontrée dans la forêt ombrophile vêtue de sa seule peau puisse réaliser un tel exploit et surpasser en talent les grands-prêtres de la bonne chère avec ce don incomparable qu'elle avait aussi pour le chant qu'ils écoutaient religieusement au point de leur faire oublier qu'elle puisse être un peu sorcière d'ailleurs son ventre poussait de façon surnaturelle prenant des proportions infernales débordait de sa peau comme si elle allait accoucher d'une chimère et malgré qu'à force de bâfrer du matin jusqu'au soir ils prenaient des sortes de rondeurs femelles d'ordinaire absentes chez des marins braves et fiers tous ne remarquaient que ses formes à elle dont le corps croissait tel un fortin et la poitrine se façonnait en obus et ils murmuraient devant son giron prodigieux que ses entrailles portaient sans aucun doute un authentique diableteau ce qui fit que leurs lèvres unanimes rebaptisèrent le vaisseau l'Ile du Diable